Portages Partages, le Blog !

Mon tire-lait et moi…

Mon tire-lait et moi, nous entretenons une relation intense, avec des hauts et des bas.

Concrètement, il me permet de maintenir ma lactation et de fournir du lait pour les journées de crèche de notre fille !

Illustration de Korrig’Anne

Dans ma vie d’avant, je trouvais complètement dingues les mamans qui allaitaient leurs bambins…

J’ai regretté de devoir sevrer ma première fille, avant la fameuse date butoir de la reprise du travail, et cela, à cause d’un manque d’information. Personne ne m’a dit à l’époque que je pouvais continuer, personne non plus ne m’a dit que mon employeur était obligé d’accepter ce choix .

Alors pour ma deuxième fille, j’ai décidé de franchir ce pas, et de me battre pour y arriver. Car oui, c’est un peu une bataille dans les faits. Et je vais vous livrer dans cet article mon retour d’expérience sur cette aventure, qui dure maintenant depuis 6 mois.

D’abord, j’ai la chance que mon allaitement se passe bien, et que ma fille soit une championne de la tétée. J’ai aussi la chance d’avoir mon conjoint qui me soutient dans mon projet d’allaitement, et ce depuis le début.

Étape 1 : préparer le terrain.

J’ai d’abord demandé à la crèche qui allait accueillir mon bébé s’ils étaient d’accord pour jouer le jeu et pour m’accompagner dans ce projet. Aucun problème de ce côté-là, la directrice m’a remis un protocole propre à la structure, avec des règles d’étiquetage, de conservation, de transport et d’hygiène.

Ensuite, je me suis rapprochée de mon super pharmacien pro-allaitement, le Dr Roussel qui m’a proposé à la location un tire-lait adapté à ma situation, compact, efficace, à double pompage, en m’invitant à choisir avec soin la taille des téterelles (ce que ne font pas toutes les pharmacies !). En bonus, j’ai même eu la sacoche avec glacière intégrée. Parfait !

Enfin,  j’ai contacté la DRH de ma société pour la prévenir de mon projet d’allaitement, et pour lui demander s’il était possible qu’elle prévoie une salle afin que je puisse exprimer mon lait. Sur le papier, pas de problème !

J’ai préparé un stock de lait congelé pour pallier une éventuelle baisse de lactation. Je n’avais aucune idée de la quantité de lait que prendrait ma fille à la crèche, et cela m’inquiétait.

J’étais lancée, toutes les conditions étaient réunies pour que je réussisse ! Mon tire-lait et moi allions commencer notre histoire….

Illustration tirée de « Allaitement au travail, le chemin de croix des mamans« 

Jour J 

C’est la reprise du travail, ma fille a 3 mois et demi… Elle n’a pas accepté le biberon une seule fois en 15 jours d’adaptation sur son lieu de garde, et se rattrape la nuit ! J’ai des cernes de 3 cm de profondeur ;  mais je suis motivée !

Au boulot, les collègues sont sympas, on boit le café, on discute, puis je sens que la nature me rappelle à l’ordre et qu’il faut que j’aille voir la salle qui m’a été réservée…. Oups ! Il n’y a pas de salle… On me propose d’utiliser le bureau d’un directeur qui est absent ce jour-là, mais on me dit qu’il faut que je repasse plus tard …. Bref ça commence bien !

Illustration de Tétées Entêtées

Puis mon responsable me demande pourquoi je trimballe cette sacoche, je lui explique que c’est un tire-lait, on rigole et ça passe.

Au quotidien

Les premiers mois, je tire 2 fois par jours, une fois le matin, une fois l’après-midi. J’essaie de faire ça discrètement pour ça n’influence pas les éventuelles responsabilités qu’on serait amené à me confier….

C’est ainsi que 2 fois par jour, mon tire-lait et moi nous donnons rendez-vous. Je ne peux pas dire que c’est un plaisir, car je reste les yeux rivés sur l’horloge pour être sûre de ne pas prendre plus que les 20 minutes prévues, installation et vaisselle comprises. Mais c’est un moment pour moi, pendant lequel je peux être seule dans une pièce et souffler un peu.

Je pense avoir tiré mon lait dans une dizaine de salles différentes jusqu’à présent, pour cause de travaux, de changement d’organisation, de salle indisponible, de prise électrique qui ne fonctionne pas, de salle réservée mais occupée, de clé introuvable, de murs cassés (!) …  Comme beaucoup de femmes dans mon cas,  j’ai eu droit à la fameuse remarque :  » Mais sinon tu ne peux pas aller tirer ton lait aux toilettes ? » Sincèrement, qui prépare son repas aux toilettes?  Qui a envie de donner à son bébé un repas préparé dans des toilettes partagées par 50 personnes?

J’ai aussi fait face aux remarques plus ou moins intrusives et pleines de jugement (mais heureusement, j’ai plutôt une bonne répartie et un bon sens de l’humour !)

Illustration de Tétées Entêtées

Aujourd’hui, ma fille a presque 9 mois, et j’espère que nous sommes loin d’en avoir fini ! Le premier bilan que je peux tirer est très positif.

Je ne fais plus qu’un tirage par jour, ce qui est déjà nettement moins contraignant au quotidien.

Ma fille est diversifiée, et même si mon lait reste son aliment principal, c’est beaucoup moins stressant de savoir que si je ne donne pas une quantité suffisante à la crèche, elle a d’autres moyens de se nourrir.

Les nuits sont toujours entrecoupées de tétées, et le cododo nous est d’une aide indispensable pour avoir un repos suffisant (et pour booster la lactation).

cododo4
Illustration de Korrig’Anne

Or-ga-ni-sa-tion !

Choisir de poursuivre l’allaitement de son enfant à la reprise du travail nécessite d’être un minimum organisée et de se plier à certaines « contraintes » :

  • Le matin, préparer les biberons du bébé pour les emmener sur son lieu de garde.
  • Prendre la glacière, les accumulateurs de froid ainsi que les petits biberons et le tire-lait pour recueillir son lait au travail.
  • Trouver du temps et une salle appropriée pour tirer son lait.
  • Laver le matériel sur son lieu de travail et dans la mesure du possible le sécher.
  • Idéalement, en cas de sortie le soir, rentrer allaiter son bébé avant.
  • Le soir, préparer les biberons et les étiqueter pour le lendemain.

Ces ajustements organisationnels dans le quotidien valent bien la peine, car au-delà du lien que l’allaitement renforce, j’ai toujours été convaincue de ses bienfaits en terme d’immunité. Ma petite dernière est nettement moins malade que ma première, et  je ne doute pas que les anticorps que nous partageons y sont pour quelque chose…

received_10160158134515368
Crédit Photo : Marion Leuger

En espérant que ce témoignage  vous aide à vous préparer au mieux à la fin de votre congé maternité, je vous souhaite de pouvoir poursuivre ces partages lactés le plus longtemps possible.

Claire BARJOLLE
Publicités

5 réflexions au sujet de « Mon tire-lait et moi… »

  1. J’ai allaité pendant 9 mois en travaillant.
    Un boulot très consommateur de temps,horaires élargis et pas de structure…donc je squatttais l’unique WC fille de la société.
    Mais quel bonheur de continuer à allaiter..
    La séparation et la reprise du travail ont été plus faciles.
    Et ces coeur à coeur du soir,du we, de l’été…des moments de bonheur et d’échanges gravés à jamais.
    Bâtisseurs de notre complicité de tous les jours

    J'aime

  2. Merci pour ton témoignage ! Ça me booste,moi qui avait reprendre le travail dans 1 mois ! Quel Est le tire lait que tu as utilisé? Merci beaucoup

    J'aime

    1. J’utilise un Ameda Lactaline. Il peut aussi marcher à piles.
      Cela dit, j’ai toujours un tire lait manuel dans la voiture au cas où je suis en déplacement, sans possibilité de l’utiliser.
      Bon courage pour la reprise et bon allaitement 🤱🏻 🙂

      J'aime

  3. très bel article. C’est un combat au quotidien, j’ai repris le travail au 6 mois de ma fille qui a 11 mois et je continue à tirer mon lait au travail (heureusement j’ai un bureau rien que pour moi). Je peux tirer mon lait quand je veux et de plus ma poupée tète pour s’endormir et un peu le matin, nous faisons du cododo. Le jour où j’arrêterai ça sera difficile, ms ce jour n’est pas encore venu!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s